En février 2014, Unbabel venait d’être lancé. Les quatre autres fondateurs et moi-même étions à mi-parcours du financement précoce de YCombinator, un programme intensif de trois mois qui se termine par une journée de démonstration, lorsque toutes les startups présentent leurs produits ou services à un public d’investisseurs et de journalistes.

Nous vivions à Mountain View, à une courte distance à vélo de la NASA et de Google, à l’étroit dans un petit appartement de deux chambres. Ce n’était pas non plus par hasard ; on était censé passer beaucoup de temps ensemble dans des espaces restreints. Nous nous réveillions, travaillions, déjeunions tout en parlant de travail, travaillions à nouveau, parlions de travail pendant tout le dîner et travaillions encore après. Il ne reste quasiment pas de temps pour autre chose lorsque vous essayez de mettre sur pied un prototype fonctionnel en seulement dix semaines.

Mais ce n’était pas le cas ce soir-là. C’était le 13 février, veille de la Saint Valentin. André Silva, développeur et notre tout premier employé, était venu nous rejoindre dans l’appartement pour quelques semaines. Il pensait que ce serait cool de créer une simple page d’accueil où les gens pourraient traduire un message d’amour à envoyer aux êtres aimés. L’amour dépassant les frontières, et tout ça.

André et Bruno Silva, notre fondateur et responsable du design, ont tout de suite adoré l’idée. Malheureusement, elle n’a jamais vu le jour. André avait fini par s’endormir sur son clavier ; les amoureux du monde entier devraient trouver une autre façon de s’exprimer leur amour.

Des soirées pizza pour innover

Quelques mois plus tard, nous n’étions pas moins submergés de travail que nous ne l’étions durant cet hiver dans la Silicon Valley. Nous passions tout notre temps à réaliser le produit, trouver de nouveaux clients, résoudre les problèmes au moment-même où ils se produisaient. Notre travail consistait principalement à réagir au plus vite à tout ce qui pouvait arriver ; c’est une chose qui se produit dans chaque startup lorsqu’elle en est à ses débuts.

Et si nous réservions du temps chaque semaine pour utiliser la technologie d’Unbabel afin de créer quelque chose d’intéressant, d’utile ou les deux ? Des projets que nous avions en tête mais que nous n’avions jamais eu le temps de mettre en œuvre, des outils qui pourraient nous aider d’une manière ou d’une autre, des idées surgies de nulle part, même si elles étaient déraisonnables, irréalisables et impraticables. Nous voulions un espace pour être créatifs, pas réactifs.

Et donc, l’épopée de la Saint-Valentin céda la place à la soirée pizza du mercredi. Quiconque souhaitait travailler sur un projet en parallèle pouvait rester le mercredi après les heures de bureau pour manger de délicieuses pizzas et travailler sur un prototype qu’il pourrait ensuite présenter à l’entreprise.

À mesure que l’idée d’un Night Lab (laboratoire nocturne) se développait et que de plus en plus de personnes s’y joignaient et y participaient, la limiter aux mercredis soirs n’avait plus de sens ; beaucoup de personnes voulaient travailler sur leurs propres projets, c’est pourquoi nous décidâmes qu’on pouvait organiser un Night Lab n’importe quel jour de la semaine. Et cela a continué ainsi pendant toutes ces années. Restez tard, mangez de la pizza, puis à la fin du trimestre, nous votons pour le meilleur projet qui est récompensé par un prix de 1000 $.

Comprenez-moi bien, j’ai deux filles avec qui j’adore passer du temps. Et tous nos collègues ont des familles, des amis, des animaux de compagnie et des loisirs qu’ils ont envie de retrouver à la fin de la journée. Même si c’est juste pour regarder « Naruto » pour la centième fois. Le Night Lab n’est pas là pour mettre en péril la conciliation travail/vie privée, il fournit juste un espace où les gens peuvent se retrouver pour créer tout ce qui leur vient à l’esprit.

Le Night Lab au fil des ans

5 ans et de nombreuses pizzas plus tard, nous avons vu de formidables projets prendre vie. Il y a eu « Salvadorable », un lecteur vidéo qui a traduit en 17 langues les paroles de la chanson portugaise « Amar Pelos Dois», interprétée par Salvador Sobral, et qui a remporté le concours de l’Eurovision.

Il y a eu « Unbabel Voice », un système de réponse automatique qui utilisait notre intégration de transcription et de traduction pour permettre à quiconque d’appeler ce numéro et de traduire n’importe quel message vocal dans l’une des langues que nous prenons en charge.

Il y a eu « Unbabylon », une page d’accueil saluant la diversité de nos nationalités, valorisant et faisant ainsi connaître chaque employé. Même l’outil Paper2Pdf, éphémère mais extrêmement populaire, qui nous a permis de tenir plusieurs mois lorsqu’il y a eu pénurie de concepteurs, grâce auquel n’importe qui pouvait créer des documents d’une page à partir de n’importe quel document Dropbox Paper.

Et pourtant, il y a quelques mois, la tradition s’est plus ou moins essoufflée. Nous traversions une phase de forte croissance, avec beaucoup de douleurs de croissance, de restructurations d’équipes, de nouvelles embauches, et le Night Lab était devenu le cadet de nos soucis. Malgré le fait que la présentation précédente était encore assez récente, à la fin du mois de mai 2019, plus de la moitié des personnes travaillant chez Unbabel n’avaient jamais assisté à une de ces présentations. Subitement, des gens m’interpellaient parce qu’ils avaient entendu quelqu’un parler du Night Lab et ne savaient pas de quoi il s’agissait.

Nous décidâmes donc de le remettre en place.

De retour pour de bon

Habituellement, les fabricants de logiciels disposent d’équipes spécialisées dont la tâche principale est d’innover. Chez Unbabel, cette équipe s’appelle « Labs team » (équipe d’innovation) : elle est chargée de proposer de nouvelles applications prometteuses pour notre technologie. Mais l’innovation ne devrait pas être cantonnée à une seule équipe. Paulo Dimas, vice-président de l’innovation produit chez Unbabel, estime que c’est l’un des principaux défis de toute entreprise.

Le Night Lab offrait une forme d’aide : il permettait à tous de proposer des projets innovants, même dans les secteurs les plus inattendus. Rares étaient les projets qui n’était pas plurifonctionnels. Nous faisions travailler des développeurs avec des commerciaux, des linguistes avec des spécialistes du marketing ; chaque projet était une affaire collective.

Mais le Night Lab était confronté à un problème. Que faire de toutes ces idées géniales ? Certaines continuaient d’exister pour que les gens les utilisent à leur convenance, mais beaucoup étaient tout simplement abandonnées après la présentation. Unbabel.org, par exemple, était une idée très ambitieuse du Night Lab qui, inspiré par l’excellent travail accompli par des organisations comme « Translators Without Borders » (traducteurs sans frontières), proposa la création d’une branche à but non-lucratif d’Unbabel qui fournirait gratuitement des traductions basées sur l’IA et optimisées par l’humain en réponse à la crise humanitaire de ces dernières années. Mais à l’époque, nous n’étions qu’environ 50 employés. Nous n’avions pas les personnes, les compétences ou les ressources juridiques nécessaires pour assumer un projet aussi ambitieux.

Boucler la boucle de l’innovation

Mais à ce stade, nous pouvons avoir une approche plus pratique et voir ces prototypes tout au long du processus. Et nous pouvons le faire en créant trois niveaux différents :

  1. S’il s’agit d’un simple outil ou page d’accueil, donnez-lui simplement la possibilité de continuer à exister.
  2. Si c’est quelque chose de pratique qui pourrait être intégré dans la stratégie produits, le responsable produit devrait en être propriétaire.
  3. Si c’est un projet un peu plus ambitieux, avec un évident potentiel commercial pour devenir un produit ou un service viable, il devrait être confié à l’équipe des innovations qui l’incuberait et le développerait pour en faire un produit ou service à part entière.

Dans une interview sur le fonctionnement de l’équipe d’innovation, Paulo explique ce processus :

L’une des choses que nous avons apprises est l’importance de développer une équipe dans l’équipe d’innovation. Une fois que nous avons décidé que notre équipe réunissait toutes les disciplines, lorsque le lancement du produit est inclus dans notre stratégie produit, lorsque nous sentons qu’il va faire un tabac, nous commençons à monter une équipe au sein de celle d’innovation ; une équipe qui deviendra ensuite autonome.
Le développement de l’innovation

En fait, c’est déjà arrivé. Unbabel Cast, un prototype d’application mobile qui permettait la transcription et la traduction en temps quasi réel, et qui fut présenté au Night Lab en avril 2017, est finalement devenu un produit réel.

Si vous faites en sorte que l’innovation vienne des personnes de votre entreprise, si vous les encouragez à travailler sur de nouvelles idées et leur donnez l’espace pour voir ce qu’elles deviennent, vous bouclez la boucle. C’est l’idée, en tout cas. Nous verrons bien où ça nous mènera.